Ecouter | Voir Découvrir |     Adhérer |   Soutenir |     Pétitions | Nous écrire |
 Dernières nouvelles
 Point de vue et analyses
 Infos d'Algérie
 Réactions et humeurs
 Revue de presse
 Discriminations
 Harkis restés en Algérie
 Libre circulation
 Lois et mesures
 Mémoriaux et fondations
 Guerre d'Algérie
 Présence française
 Histoire avant 1830
 Définitions
 Les engagements
 Pendant la guerre
 Après le 19 mars 1962
 L'accueil en France
 Les secours
 Les révoltes
 Les commissions
 Commemorations
 Mémoires/témoignages
 Les SAS
 La DBFM de Nemours
 André Wormser
 François Meyer
 Clara Lanzi
 H. Denoix de Saint Marc
 Autres
 Forum 1
 Forum 2
 Signer les pétitions
 Ecouter les émissions
 Voir nos sondages
 
 

RELATIONS ALGERIE FRANCE
Extrait de Liberté Algériedu 20 mai 2007

Le nouveau locataire du palais de l’Élysée se décrit comme un “interlocuteur soucieux de renforcer encore les relations bilatérales dans un esprit de coopération et de respect mutuel”.

Environ une vingtaine de jours après son élection à la présidence de la République française, Nicolas Sarkozy écrit à son homologue Abdelaziz Bouteflika. Il a répondu hier à son message de félicitations en des termes très courtois, qui expriment son attachement à la promotion de rapports privilégiés entre les deux pays. “Comme vous, je suis convaincu que l’approfondissement de la relation d’exception entre l’Algérie et la France doit constituer une priorité commune, car il répond aux attentes de nos deux peuples et pourra, j’en suis sûr, servir de modèle aux rapprochements nécessaires de part et d’autre de la Méditerranée”, assure le nouveau locataire du palais de l’Élysée. Faisant montre de sa pleine disponibilité à poursuivre l’œuvre de normalisation entamée sous l’ère de son prédécesseur, il se définit comme “un interlocuteur soucieux de renforcer encore, dans un esprit de coopération et de respect mutuel”, les relations bilatérales qualifiées “d’essentielles”.

M. Sarkozy réclame, par ailleurs, le soutien de l’Algérie dans la construction de l’espace méditerranéen, “une entreprise tellement ambitieuse et nécessaire” à ses yeux. Cependant, dans son esprit, un principe doit prévaloir dans le rapprochement algéro-français, le respect auquel, dit-il, “nous sommes attachés”.

À l’avenir donc, les représentants des deux États devront lénifier leurs discours en les vidant des vieilles rancœurs et des velléités de revanches inassouvies. Le président Bouteflika avait donné le la le 8 mai dernier, à l’occasion de la célébration du 62e anniversaire des massacres de l’armée coloniale à l’est du pays.

Dans un message, il avait plaidé pour l’instauration d’un “climat de confiance fondé sur les valeurs universelles de liberté et de respect” entre la France et l’Algérie “sans lequel toute approche audacieuse de nos rapports bilatéraux et des équilibres régionaux risque de s’enliser dans de vaines résurgences du passé colonial”. Sans remettre en cause ni atténuer l’ampleur du carnage, le chef de l’État avait exprimé le désir de tourner la page. “Bien sûr, nous ne devons pas voir le présent et l’avenir seulement avec les yeux d’un passé traumatisant. En deux générations d’indépendance, notre pays a pansé la plupart de ses blessures et pour l’essentiel, il est sorti de la nuit coloniale”, avait-il signifié.

Cette sortie modérée et conciliante tranche à bien des égards avec la sévérité de ses discours antérieurs sur la question. En 2005, le vote par le Parlement français de la fameuse loi du 23 février qui, dans son article 4, faisait l’apologie de la colonisation française en Afrique du Nord et dans les territoires d’outre-mer, avait suscité son courroux. Qualifiant ses initiateurs (la majorité UMP) de cécité mentale, M. Bouteflika avait brandi l’épisode des massacres de Sétif, Guelma et Kherrata comme la face sombre, génocidaire de la présence française en Algérie. Du coup, le traité d’amitié qu’il avait convenu de signer avec Jacques Chirac ne l’inspirait plus.

À son tour, Sarkozy ne veut plus parler de ce pacte. Mais pour une autre raison. En campagne pour l’investiture suprême, il est intervenu sur le sujet, considérant que l’amitié entre son pays et le nôtre n’a pas besoin de traité, surtout que le projet porte l’empreinte indélébile de Chirac.

En ayant posé ses valises à l’Élysée, l’ancien ministre de l’Intérieur a bien l’intention d’imprimer sa propre perception des relations algéro-françaises. Il leur confère un aspect davantage pragmatique.

Quand il était à Bercy, il est venu à Alger accompagné de chefs de grandes entreprises, à l’image d’Alstom chargée depuis de réaliser le métro. Après avoir déménagé à la place Beauvau, il est revenu dans notre pays avec l’engagement d’assouplir les conditions de délivrance de visas et de consolider la coopération dans le domaine sécuritaire.

Son efficacité et son sens pratique lui valent, dit-on, une grande sympathie au niveau du palais d’El-Mouradia.

Même sa lettre aux pieds-noirs - qualifiée de faux pas - à la fin de la campagne électorale n’a pas suscité de grands remous. Excepté le mécontentement exprimé par le Chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, il n’y eut guère d’autres réactions. L’incident étant définitivement clos, place aux actes.

Samia Lokmane




 
le G12 débarque en Provence !

Hollande et les Harkis.

LA RESPONSABILITE : Non pour Hollande... OUI pour La Justice !!!

Après l’entretien accordé par François Hollande...

Dernière minute : des associations de Harkis à l’Elysée...

 :: AJIR France
 Création
 Charte/Revendications
 Bureau national
 Délégations
 Communiqués
 :: Procès
 Barre
 Messmer
 Péju
 Siné
 De Gaulle
 Katz
 Frêche
 Plainte contre X...
 JF Kahn
 Autres
 :: Associations
 Pieds Noirs
 Harkis
 Anciens combattants
 :: Figures de la cté 
 Disparus
 Les élus musulmans
 Réussites
 Militants
 :: Organismes
 HCR
 Halde
 CES
 FASILD
 ONAC
 Concertation
 :: Parlement
 Débats/rapports
 Quest./communiqués
 Lettres
 :: Lettre d'info
 

 

 
© Copyrights Harkis.com 2006